Avant d’entrer dans le vif sujet, un bref rappel sur la réalisation d’un disque. Un disque se réalise en trois étapes, qui peuvent être assurées par des personnes différentes ou non : production, édition et distribution. Une maison de disque ou label peut produire et éditer, ou produire, éditer et distribuer, ou encore seulement produire ou seulement éditer.

La production c’est produire la bande son « mère » ou aussi appelée « master » ; un producteur va prendre à sa charge l’intégralité des frais de production, en d’autres termes, il finance l’enregistrement.

L’édition c’est l’exploitation et la fabrication matérielle du support de l’œuvre : faire de l’enregistrement un disque et le commercialiser. Si le producteur et l’éditeur sont deux personnes différentes, alors le producteur signe un contrat avec l’éditeur, appelé licence.

La distribution c’est comme son nom l’indique l’étape commerciale de « mise dans les bacs » du disque ou avec le numérique, de « mise en ligne ».

En matière de musique, les schémas sont multiples, et il est également possible que l’auteur signe directement avec un éditeur un contrat, qui sera alors appelé contrat d’édition et de cession musicale.