Autre figure contractuelle fréquemment rencontrée en matière de musique notamment est le « contrat de management », selon lequel l’artiste (qui peut être auteur-compositeur et/ou artiste interprète), à raison des compétences professionnelles reconnues d’un manager, souhaite obtenir des conseils, avis, recommandations et suggestions pour le développement de sa carrière artistique, et lui confier un rôle de coordination et de management artistique.

Le contrat de management ne répond pas à des conditions spécifiques, et il est possible d’y intégrer librement bon nombre de droits ou d’obligations, de nature variée.

Toutefois, le contrat de management prévoit fort logiquement et très fréquemment une disposition première tenant à l’exclusivité de la relation : l’artiste désignant le manager comme son représentant personnel et exclusif dans le monde entier, pour tout ce qui relève du développement de sa carrière artistique dans les termes définis au contrat.

Clause essentielle du contrat: la rémunération du manager. Bien souvent, en contrepartie de ses services, le manager percevra une rémunération hors taxes de 10% sur les revenus de l’artiste provenant de ses activités artistiques dont l’organisation aura été prise en charge ou autorisée par le manager en vertu du présent contrat.